Signaler

Comment rassurer un enfant qui va se faire opérer ? [Résolu]

Créer une discussion corinna - Dernière réponse le 4 févr. 2016 à 17:02 par valy
ma fille de 7 ans va se faire opérer de l'appendicite et cette perspective l'effraie au plus haut point ... que faire ???
Utile
+4
plus moins
Bonjour,

elle ne peut pas aller visiter le service avant l'opération ?

Notre fille a été opérée (cœur) à 5 ans et demi. Le chirurgien a demandé et lui a permis de visiter le service avant l'opération. (lors du dernier rdv avec lui avt intervention.)
Déjà, de voir plein d'enfants, ça aide. Le service n'était pas chouette et les chambres super défraîchies, moi ça m'a foutu le bourdon leurs couloirs ternes, la peinture craquelée... Bref, notre fille n'a pas prêté attention à tout ça.
Elle a juste vu les enfants, comment était une chambre, où elle pourrait dormir, comment ça se passe etc
J'ai été avec elle quasi tout le temps. J'ai dormi dans la même chambre (merci le lit aussi lol en plus, j'étais enceinte de 6 mois, c'était sympa lol), le matin, j'ai pu l'accompagner jusqu'à la salle d'opération. (Le chirurgien l'avait placé en premier pour ne pas qu'elle ait à supporter d'être à jeun trop longtps).
La veille, on lui a expliqué comment elle serait endormie etc
Elle a eu le droit d'emmener son doudou en salle d'opération (Ça l'avait bcp rassuré de savoir qu'il serait près d'elle pendant qu'elle dormirait) qui a eu, lui aussi, un petit bracelet avec son nom.
Dès que l'opération a été terminée, on m'a appelé pour que je puisse aller directement en salle de réveil.
J'ai donc pu être près d'elle lorsqu'elle a ouvert les yeux. (bon, elle ne s'en souvient pas, elle délirait totalement lol) et retour à la chambre.

Paradoxalement, le plus dur pour elle a été la suite. Peut-être qu'à 7 ans, ta fille comprendra mieux ?
La notre ne supportait pas de ne pas pouvoir boire et manger après l'opération.
C'était un supplice, elle pleurait pour de l'eau (j'ai été plusieurs fois opérée et c'est vrai que ce moment peut être difficile, vouloir juste qq gorgées d'eau, la gorge totalement sèche.)
Les infirmières qui étaient dans le service au moment n'ont pas été cool. Elles ont bien dépassée l'heure en plus, j'ai du y retourner pour demander.
Et pour couronner le tout, ils m'ont apporté mon plateau repas devant notre fille.
(elles qui critiquaient la veille les parents qui osaient prendre leur petit dej dvt leurs enfants qui devaient rester à jeun avant l'opération... je suis d'ailleurs d'accord avec ça.)
Donc j'ai demandé à ce que l'on me garde mon plateau. (Faut pas pousser, un enfant avec un plateau repas, de l'eau etc dvt le nez alors qu'il n'a pas le droit d'avaler quoique ce soit, c'est de la torture. Même si ce n'est pas bon lol)
Attendre avec les fils partout etc c'était dur. Mais justement, peut-être est-ce parce que personne ne lui a parlé de tout ça avant contrairement au "avant" de l'opération. Elle ne s'y était donc pas préparé.

Souvent de savoir et de voir comment ça va se passer, ça aide bcp les enfants (les adultes aussi d'ailleurs).
Donc un petit tour dans le service pourrait lui être d'une grande aide.

Pour la suite, tu peux lui expliquer aussi. (ne pas boire, ne pas manger, ne pas se lever tout de suite, faire pipi dans le bassin...)

Courage. :)
Manou Luce - 4 févr. 2016 à 10:23
C'est vrai qu'on ne songe pas tjs à l'après. Notre fils a été opéré de l'appendicite par coelioscopie. Ce qui l'a fait le plus souffrir ce sont les douleurs occasionnées par le CO2 utilisé pour «décoller» la paroi abdominale des viscères (cet espace permet au chirurgien d'y introduire ses outils). Les gaz peuvent remonter dans le haut du torse et occasionner des douleurs donnant notamment la très désagréable impression d'avoir mal au coeur. Cette douleur ne passe qu'une fois les gaz évacués par les voies naturelles… je vous laisse imaginer lesquelles ;)
Malgré tout, la gestion de la douleur est vraiment prise au sérieux. Les infirmières demandaient souvent à mon fils de la définir sur une échelle de 1 à 10 et mon fils avait un système de goutte à goutte avec des calmants contre la douleur : du nubain (fort, contenant de la morphine) en alternance avec de l'efferalgan.
Mon fils adorait le nubain car comme ça calmait totalement la douleur, il plongeait rapidement dans un profond sommeil.
Répondre
Donnez votre avis
Utile
+3
plus moins
Bonjour,
Mon fils qui a aujourd'hui 9 ans a été opéré 2 fois suite à un accident à l'oeil en 2014. La première opération on n'avait pas le choix il fallait refermer cet oeil. La 2ème fois il n'avait pas peur car il sentait que maman était zen. Et pourtant je suis une froussarde. Mais on n'avait pas le choix le but étant d'améliorer l'aspect de son oeil. Les 2 fois ce n'était pas dans le même hôpital mais le personnel hospitalier est tellement adorable que cela aide. Et lui aussi a eu le droit de prendre son doudou et je suis resté dormir en alternance avec mon homme. Si ton enfant te sent sereine il le sera c'est comme quand on les laisse à l'école les premières fois si le gosse te sent bien il sera bien.
Donnez votre avis
Utile
+2
plus moins
Bonjour,
Je comprends, mes deux enfants ont été opérés de l'appendicite, l'un à 9 ans l'autre à 17 ans.
Dites-lui tout d'abord qu'elle sera en service pédiatrique (ce service concerne les enfants de moins de 17 ans). Ces services ressemblent moins à l'image que l'on se fait des hôpitaux. Celui où était mon fils disposait d'un espace de jeu avec des livres mis à disposition, des jeux de société, etc. Les couloirs sont décorés, il y a même parfois un professeur pour donner des cours aux enfants qui restent longtemps.
D'autre part vous pouvez souvent demander à dormir avec l'enfant pour le rassurer.
Bon courage !
corinna nena - 3 févr. 2016 à 14:32
je resterai bien sur avec elle !
même si j'ai déjà eu à apprécier leur formidables matelas gonflables en plastique pou les parents :(
merci pour tout !
Répondre
nena- 3 févr. 2016 à 17:30
Moi j'avais un lit pliant très inconfortable ;)
Répondre
valy nena - 4 févr. 2016 à 17:02
Pour ma part c était la fille de ma meilleure amie qui devait se faire opérer, je lui ai dit que moi aussi je me suis fait opérer a son âge et que j avais tres peur. Mais lorque je me suis fait opéree ma soeur m avait donné sa petite peluche préféré : une petite vache, trop mignone...elle m a dit que si j avais peur, il fallait la serrer sur mon coeur ... je lui ai prêté la petite vache, elle était très fière ... apres son opération, elle me l a rendue comme convenu; et m a dit que si elle devait ce refaire opérer il lui faudrait absolument la vache .. je pense que son attention était basé sur mon histoire et cette petite vache " sacré" et lui a fait passer son opération en second plan bon courage ... bisouilles de Toulouse ♥!!
Répondre
Donnez votre avis

Les membres obtiennent plus de réponses que les utilisateurs anonymes.

Le fait d'être membre vous permet d'avoir un suivi détaillé de vos demandes.

Le fait d'être membre vous permet d'avoir des options supplémentaires.

Vous n'êtes pas encore membre ?

inscrivez-vous, c'est gratuit et ça prend moins d'une minute !